L'équipe

Sommets du cinéma d'animation 2017

Par David Fortin


Pour une seizième année, la Cinémathèque québécoise nous offre Les Sommets du cinéma d’animation, ce festival très animé qu’elle a créé en 2002 et qui ne cesse de se dévolopper depuis. Les Sommets sont en effet devenus un festival incontournable pour découvrir les meilleurs films d’animation d’ici et d’ailleurs et pour y faire la rencontre des cinéastes et artisans de l’animation à travers les multiples activités offertes. Les organisateurs des Sommets démontrent encore cette année leur volonté de développer le festival et d’explorer de nouveaux horizons. Un projet d’artistes en résidence se renouvelle pour une deuxième année pour lequel six cinéastes d’animation de la relève passent six semaines à la Cinémathèque québécoise pour y développer leur projet de film en profitant des ressources offertes par la Cinémathèque et l’ONF. Une autre habitude : la découverte d’une bande-annonce en forme de court métrage. Celle de cette édition, en phase avec les mondes et avatars virtuels qui sont de plus en plus présents dans nos vies, est conçue et réalisée par le talentueux cinéaste Brandon Blommaert.
 
Les festivités s’ouvriront avec la présentation du long métrage Grand Méchant Renard et autres contes des cinéastes Benjamin Renner et Patrick Imbert qui nous avait déjà conquis avec leur très beau Ernest et Célestine. Plusieurs compétitions de courts métrages sont bien sûr aussi proposées. Dans la compétition de films internationaux notons World of Tomorrow Episode Two : The Burden of Other Peoples’s Thoughts, du toujours surprenant cinéaste américain Don Hertzfeldt qui nous donne une suite à World of Tomorrow. Le dernier film de l’important cinéaste japonais Koji Yamamura, Notes on Monstropedia, y sera aussi présenté. La cinéaste et bédéiste franco-canadienne Éléonore Goldberg nous revient avec une animation d’encre sur papier intitulé Mon Yiddish Pappi, ainsi que le film Gros Chagrin (Lion du meilleur court métrage à la dernière Mostra de Venise) de la cinéaste française Céline Devaux.
 
Une section Best of Annecy offre une sélection de films s’étant démarqués lors de la dernière édition de cet important festival d’animation basé en France. La compétition de films d’animation étudiants offrent 33 films internationaux confectionnés par la relève. La section des films très courts revient aussi cette année avec une sélection de films d’une durée de 15 secondes à 2 minutes. Une nouvelle section propose quant à elle une sélection de films pour la famille qui viendront enthousiasmer petits et grands avec plusieurs courts métrages et quatre longs métrages dont Les As de la jungle de David Alaux et Big Fish & Begonia de Xuan Liang. Le Panorama Québec-Canada nous fera découvrir encore une fois les productions nationales qui se sont distinguées dans la dernière année dont le dernier film de Patrick Doyon, The Junction, qui met en vedette le pianiste et compositeur Chilly Gonzales avec la chanteuse Peaches.


(L'Année Tchèque, Jiri Trnka, 1947) 

Nous sommes aussi très heureux de notre première collaboration avec les Sommets du cinéma d’animation, puisque Panorama-cinéma coprésente avec le festival une version restaurée 4K de L’Année tchèque, le premier long métrage du maître Jiri Trnka réalisé en 1947. Cette présentation fait partie de la nouvelle section les Sommets classiques, qui propose des versions restaurées de classiques de l’animation.
 
Autre nouveauté cette année, les ateliers Wikipédia qui se sont amorcés depuis quelques semaines en donnant la possibilité aux cinéastes et artisans du milieu de collaborer avec des bénévoles de l’encyclopédie en ligne pour la création ou la bonification de pages Wikipédia leur étant dédiées. Une formation se déroulera le samedi 25 novembre à 11h. Enfin, une autre nouvelle section, Canada à l’écran, présente gratuitement 15 films d’animation du patrimoine canadien le jeudi 23 novembre à 20h.
 
Les Sommets, c’est aussi plusieurs classes de maître et leçons de cinéma qui donnent la chance au public de faire la rencontre d’artisans en animation. Cette année on pourra aller voir et entendre Don Hahn, animateur et producteur pour les studios Disney (22 novembre à 10h30). Le réalisateur canadien Matthew Rankin donnera une leçon de cinéma, présenté en collaboration avec l’ONF, d’une durée exceptionnelle de cinq heures mêlant discussion et atelier pratique (23 novembre à 10h). Cinéaste d’animation et musicien auquel les Sommets accordent une rétrospective cette année, Joël Vaudreuil proposera une performance interactive avec les musiciens de Cheval fou (25 novembre à 21h). Ceux et celles voulant rencontrer les artisans derrière les impressionnants effets visuels de Blade Runner 2049 pourront assister à la présentation donnée par le studio Framestore sur son travail créatif dans l’industrie (25 novembre à 13h). Trois expositions viendront aussi compléter l’imposante programmation (Matthiew Rankin, Joël Vaudreuil, Animation 1967). Toutes ces leçons de cinéma et expositions seront accessibles à tous gratuitement.
 
Suite à la remise des prix qui se fera le 26 novembre à 17h au Bar Salon de la Cinémathèque québécoise, les festivités vont finalement se conclurent avec la présentation du long métrage Wall (Le Mur) de Cam Christiansen, observant la réalité du mur séparant Israël et la Palestine, qui sera présenté à 19h.
 
Cette 16e édition s’annonce décidément des plus stimulantes avec 190 courts métrages, six longs métrages, trois classes de maître, des expositions, des ateliers et d’autres évènements spéciaux étendus sur cinq jours de festivités entre le 22 et le 26 novembre à la Cinémathèque québécoise et en partie à la Station Vu. 

>> Notre retour sur quelques incontournables du festival


Envoyer par courriel  envoyer par courriel  imprimer cette critique  imprimer 
Article publié le 20 novembre 2017.
 

Festivals


>> retour à l'index

Catégories

Dossiers
Éditoriaux
Entrevues
Festivals
Rétrospectives
Chroniques
Audio-vidéo
Bandes dessinées