CINÉMAS AUTOCHTONES 1 : Entre les esprits et la matière
L’équipe Infolettre   |

Quand l'image en mouvement et la musique électronique se répondent

Par David Fortin



Une projection au Cinéma Moderne organisée par le cinéaste Brandon Blommaert en collaboration avec Panorama-cinéma

« J'ai le sentiment que l'animation et la musique électronique ont la capacité de créer de tout nouveaux mondes à partir de presque rien, dépourvus de réalité et entièrement formés dans l'imagination. »

C'est ainsi que Brandon Blommaert nous expliquait initialement l'idée derrière son projet de programme de films. Nous avions découvert le talent de ce cinéaste lors de l'édition de 2017 des Sommets du cinéma d'animation que nous couvrions, alors qu'il avait conçu la bande-annonce du festival ainsi que son affiche. Ses films ont eu un parcours festivalier intéressant, et son plus récent film, The Jeweller (2020), sera projeté au Festival international du film d'animation d'Ottawa à la fin septembre. Son oeuvre s'inscrivant autant dans l'animation par ordinateur que la composition sonore électronique, Brandon démontre clairement un intérêt pour l'alliage entre la musique abstraite et l'imagerie numérique. Lorsqu'il nous a parlé de son projet de construire un programme de courts métrages d'animation qui suivraient cette tendance, c'est avec enthousiasme que nous nous sommes joints à l'effort pour que se réalise cette projection.

Les oeuvres sélectionnées pour Forme d'onde représentent bien cet intérêt pour l'alliance entre les sons électroniques et l'image animée. Se déplaçant dans le temps depuis les années 1970 jusqu'à aujourd'hui, on découvre avec ce programme des propositions fortes, surprenantes qui échappent aux conventions narratives. En ayant trouvé les éléments graphiques, sonores et thématiques qui lient ces films, Brandon parvient avec ce programme à créer un espace permettant à ces oeuvres distinctes de dialoguer ensemble et de se faire écho. On y note de multiples façons d'animer, les variations technologiques des esthétiques graphiques, ainsi que les différentes manières d'utiliser les sons électroniques.
 




Brandon l'explique parfaitement dans sa description du programme : « Forme d'onde se veut une sélection de courts métrages explorant dans le temps la longue relation entre animation et musique électronique. Les films sélectionnés démontrent comment ces deux disciplines artistiques ont longtemps déployé une habileté à créer de tout nouveaux univers sensoriels, allouant aux créateurs une liberté qui réussit à transcender les limites du monde réel ». L'élément central qui unifie tous les films du programme est donc ce lien unique qu'ils entretiennent avec le son, démontrant par la même occasion leur capacité à créer de nouveaux mondes. Ils utilisent l'animation et le son d'une manière étrangère au film traditionnel, renonçant souvent à la narration ou à toute notion de réel afin de nous faire entrer dans l'imaginaire même des créateurs.



 

Ce programme est constitué d’œuvres de Felix Colgrave, Larry Cuba, Culturesport, Nic Hamilton, Piotr Kamler, Norman McLaren, Emily Pelstring, Sabrina Ratté et Natalia Stuyk. On y découvrira aussi le tout dernier film de Brandon Blommaert. La projection aura lieu au Cinéma Moderne le 15 septembre à 18 h 30. Pour plus d'informations et pour acheter vos billets, rendez-vous sur la page de l'évènement.



Envoyer par courriel  envoyer par courriel  imprimer cette critique  imprimer 
Article publié le 7 septembre 2022.
 

Rétrospectives


>> retour à l'index