L’équipe Infolettre   | Soutenez Panorama Cinéma sur Patreon

Rétrospective Jeux vidéo 2015 : 15-8

Par Louis Filiatrault


METAL GEAR SOLID V: THE PHANTOM PAIN

Kojima Productions  |  Japon  |  PC, PS4, PS3, XONE, X360
 
Sous presque toutes les coutures de sa surface, Metal Gear Solid V: The Phantom Pain incarne le fantasme du garçon adolescent. Sa fascination continue pour l'imagerie militaire et l'incontrôlable perversité de son regard sur la femme témoignent de ses profondes limites. Mais comme il ne faut plus s'en étonner de la série culte d'Hideo Kojima, la grossièreté des apparences n'est toujours que la pointe d'un iceberg insaisissable. Enchaînant les surprises à intervalles mesurées, l'intrigue anormalement dépouillée s'attarde aux cicatrices de l'impérialisme et même à la domination de la culture anglophone, tandis que le récit d'une utopie militaire sans attaches ouvre sans en fournir toutes les clés une réflexion sur les figures messianiques traditionnellement rassembleuses. Sur le dos d'un jeu d'action impeccablement construit, The Phantom Pain ferme les livres sur une série marquante, condamnée par les circonstances à rester inachevée, mais assez dense et réfléchie pour se prêter à toutes les analyses.
 
Site officiel  | Disponible sur Steam
 


 
MINECRAFT: STORY MODE
Telltale Games  |  États-Unis  |  PC, Mac, PS4, PS4, XONE, X360, iPad, iPhone, Android, Wii U
 
La cuvée s'annonçait déjà belle pour Telltale Games. Recadrant l'univers de la populaire série de shooters, Tales from the Borderlands mit de l'avant un cartoon pour adultes rafraîchissant, plein d'équilibre et particulièrement bien produit ; bien qu'ultimement lourd et artificiellement prolongé, le récit original de leur série Game of Thrones s'avéra pour sa part un exercice tout à fait approprié à la formule de la maison. C'est pourtant sans prévenir, en adaptant ce qui semblait intouchable, que le studio rappellerait l'ampleur de son talent collectif. Minecraft: Story Mode tisse en épisodes bien dosés une aventure comique, touchante et palpitante à parts égales, accomplissant du même coup une brillante synthèse des règles et excentricités d'un univers bien connu des familles d'aujourd'hui. Encore incomplet au moment d'écrire ces lignes, le jeu garantit rapidement son excellence par une qualité de jeu et d'écriture spectaculaire, opérant avec fluidité au sein des contraintes habituelles.
 
Site officiel  |  Disponible sur Steam
 


 
UNDERTALE
Toby Fox / États-Unis / PC, Mac
 
Undertale de Toby Fox est le jeu d'une génération, mais surtout le produit d'une culture on ne pourrait plus contemporaine. Non pas celle de South Park et de Fight Club, d'un cynisme ne menant souvent qu'à l'inaction, mais celle des bons mots sur Twitter, du raffinement d'Adventure Time, plus fantasque et portée vers l'optimisme. Le dénominateur est souvent commun – une certaine aliénation face à la culture courante, l'attachement aux référents geek et aux RPG d'une autre époque –, mais le regard sur le monde est distinct, d'une ouverture sensible et d'une sincérité désarmante. De sa foule de personnages saugrenus à ses combats « pacifiques » parfois maladroits, l'excentrique aventure aux allures triviales tend vers l'inventif et l'imprévisible, d'une précision remarquable dans l'obtention de ses effets drôles ou déchirants. Un ensemble de finales virtuoses de même que l'une des partitions les plus accomplies de la décennie en cours finissent d'éclater les limites de ce projet né de la plus totale modestie.
 
Site officiel  |  Disponible sur Steam
 


 
RINSE & REPEAT / STICK SHIFT / COBRA CLUB
Robert Yang / États-Unis / MC, Mac, Linux
 
Depuis 2009 et la parution de ses vignettes Radiator, Robert Yang fit son nom et son bonhomme de chemin dans le milieu du jeu, enseignant, publiant et développant sous différentes enseignes. Suivant une période d'absence relative, Succulent et surtout Hurt Me Plenty atterrirent avec fracas dans le circuit indépendant, signalant le lancement d'un nouveau cycle ouvertement déclaré comme tel. Fortement conceptuelles et accompagnées des abondantes réflexions de l'auteur, chacune de ces vignettes explore un thème précis de la sexualité gaie et de ses rituels sociaux. D'une grande habileté technique d'une part, mais démontrant surtout un œil inspiré pour le détail expressif, Yang formule ses thèses de façon aussi intellectuelle que sensorielle par la spécificité de son design mécanique, qu'il choisisse d'explorer le rapport au pénis ou l'importance du consentement éclairé. Trois nouveaux « courts métrages » du vétéran Yang virent le jour en 2015, rejoignant le travail de Pippin Barr au rang des corpus les plus cohérents du jeu expérimental actuel.

Site officiel
 


 
UNTIL DAWN
Supermassive Games / Royaume-Uni / PS4
 
On attendait la catastrophe. Retardé et révisé pendant près de cinq ans, cet hommage au slasher par un studio débutant semblait droit dirigé vers l'abîme du mauvais goût et de la banqueroute créative. L'ouvrage terminé s'avère pourtant superbement réalisé, agréablement joué par tous ses interprètes, mais également habile et audacieux dans son approche de l'horreur interactive. Le scénario des experts Larry Fessenden et Graham Reznick jongle intelligemment avec les clichés sans écarter la dimension humaine de ses marionnettes jetées en pâture, les choix et agissements du joueur permettant pour leur part de nombreuses et subtiles variations narratives. Malheureusement exclusif à la console PlayStation 4, l'originalité comme l'exécution d'Until Dawn en font l'une des plus réjouissantes surprises de 2015.
 
Site officiel
 


 
SOMA
Frictional Games / Suède / PC, Mac, Linux, PS4
 
Vous souvenez-vous d'Alien ? Plus exactement, vous souvenez-vous de l'intensité de ses quelques frousses, de l'impuissance de ses personnages et de tout le temps consacré à peindre un univers et les relations y prenant place ? SOMA, par les auteurs de l'essentiel Amnesia, conserve toutes ces qualités en misant presque entièrement sur l'écriture et la densité d'atmosphère, n'ayant recours au passage qu'à une maigre poignée de menaces concrètes. Croisant les éléments de base de jeux comme BioShock (catastrophe mystérieuse, narration largement ambiante) et des motifs de science-fiction classique (transfert de conscience, éthique de la technologie...), le scénario de Tom Jubert est l'un des mieux composés de sa cuvée, alimentant de sérieuses questions sur le potentiel de pérennité de la race humaine. Si l'an dernier, Alien: Isolation actualisait le film de Ridley Scott en reprenant son titre bien connu, SOMA s'abreuve à la même source et l'entraîne dans une direction élégante, novatrice et inspirée.
 
Site officiel  |  Disponible sur Steam
 


 
LIFE IS STRANGE
Dontnod Entertainment / France / PC, PS4, PS3, XONE, X360
 
Oublions un instant les visages statiques, les détours discutables d'un scénario touffu et le jeu approximatif de certains participants. Retenons la belle lumière, le duo d'héroïnes intensément attachantes et la sensation de flottement inspirée par la douce musique de Jonathan Morali. Sur une note moins émotive, retenons l'extrême audace de cette parution en épisodes relatant les aventures intimes et surnaturelles d'une jeune femme confrontée à une avalanche de bouleversements, surmontant à la fois les comparaisons à Gone Home et aux séries de Telltale pour imposer sa propre signature. À peine deux ans après l'estimable mais encore traditionnel Remember Me, la maison française Dontnod s'incruste parmi les bannières les plus à suivre au monde, triomphant de ses nombreuses maladresses par la liberté complète de son design et la générosité de son geste narratif.
 
Site officiel  |  Disponible sur Steam
 


 
CIBELE
Nina Freeman / États-Unis / PC, Mac
 
Sans le moindre doute, Cibele de Nina Freeman vaut d'abord pour sa rareté: hors du circuit des vignettes gratuites, les autobiographies interactives examinant les premiers rapports intimes d'une jeune adulte sont loin de courir les rues. Mais une fois passé la nouveauté, ce sont les détails agrémentant cette chronique d'un premier amour virtuel – les photos de soi et de lieux familiers, la poésie étudiante, les listes et archives de blogs adolescents – qui rendent le tout complet et surtout prenant d'authenticité. La portion proprement ludique de Cibele est d'un ennui glacial, mais s'avère tout à fait exacte dans son rappel du temps oblong et dangereusement narcotique d'un certain type de jeux en ligne, longtemps prétexte à flirts et conversations parallèles pour un certain segment de population. L'extrême amateurisme des séquences vidéo et la conclusion quelque peu abrupte passent près de diminuer l'expérience, mais demeurent si appropriés au ton de fin d'adolescence soutenu par l'ensemble qu'on a vite fait de passer l'éponge.
 
Site officiel  |  Disponible sur Steam
 
Présentation  |  15-8  7-1

Envoyer par courriel  envoyer par courriel  imprimer cette critique  imprimer 
Article publié le 25 janvier 2016.
 

Rétrospectives


>> retour à l'index