L’équipe Infolettre   | Soutenez Panorama Cinéma sur Patreon

Cine-Asie et le cinéma coréen

Par Mathieu Li-Goyette
Cette année à Fantasia, le cinéma coréen a triomphé haut la main des autres cinématographies est-asiatiques. Non seulement pour un nombre record de projections à guichet fermé, mais aussi dans la qualité des nombreux films qui l’ont représenté (Castaway on the Moon, The Executioner, Woochi ou encore la découverte du génial The Housemaid). Au total, c’est plus de 10 000 spectateurs qui se sont pointés uniquement pour les oeuvres du la Corée du Sud.
 
Derrière ce programme se cache la compagnie de distribution et de production Cine-Asie (fondé en 1996)/Cine-Asie Creatives (fondé en 2008) dont la présidente et fondatrice, Mi-Jeong Lee, n’a pas hésité l’an dernier à acquérir les droits de Breathless (Yagn Ik-joon, 2009) (lisez la critique ici) et The Clone Returns Home (Kanji Nakajima, 2008) (lisez la critique ici) - les meilleurs films de l’édition 2009 du festival, à mon humble avis - et de leur offrir une sortie inespérée dans les salles dès l’automne 2010. Coup de dés? Passion pour un cinéma asiatique différent et représentatif des auteurs de demain? L’intérêt d’une telle programmation et d’une distribution est non seulement de faire découvrir des oeuvres qui n’auraient jamais eu la chance de tomber dans les filets d’un distributeur plus imposant, mais aussi, et surtout, de nous amener à découvrir des auteurs de cinéma qui, n’en déplaise au Festival de Cannes et ses grands élus revenant année après année sur le Croisette, proposent des chemins alternatifs aux grands canons contemporains. Le tout supporté par le Korean Film Council (KOFIC).

Car il n’y a pas que Kim Ki-duk, Hong Sang-soo ou Park Chan-wook dans ce septième art luxuriant d’idées et de grandes productions d’époque ambitieuses (A Frozen Flower, Blades of Blood), de comédies loufoques inattendues (Naked Kitchen, Le Grand Chef 2 : Kimchi Battle, Scandal Makers) de thrillers (Secret Reunion), de films d’horreur (The Neighbor Zombie, Possessed) ou de films historiques (A Little Pond) et s’élève dans sa singularité comme le nouveau chef de file en devenir de l’Orient où, fait rarissime, cinéma d’auteur et cinéma de genre semble cohabiter main dans la main.
 
Derrière ce vent de découvertes, l’équipe de programmation du festival (et particulièrement Nicolas Archambault, dont le flaire semble ne faire qu’un avec Séoul et ses environs), Cine-Asie, organisme à but non lucratif visant à promouvoir et organiser festivals, conférences et séminaires portant sur les films asiatiques et canadiens, mais aussi sa filière Cine-Asie Creatives, elle, chargée de la distribution et de la coproduction d’oeuvres d’ici et d’Asie. Derniers faits d’armes accomplis en salles l’an dernier? La distribution de la comédie coréenne My Dear Enemy dont vous pouvez lire la critique ici, mais aussi le blockbuster coréen Haeundae. Avec la venue de Breathless et The Clone Returns Home (lui, japonais, précisons-le), nul doute que Ciné-Asie Creatives saura s’imposer comme l’un des distributeurs clés des années à venir. Du moins, pour l'instant, rares sont les jeunes distributeurs (avec Evokative Films comme exception confirmant la règle) à avoir si bien débuté leur catalogue de titres.
 
Pour en savoir plus sur Cine-Asie/Cine-Asie Creatives, veuillez vous rendre sur leurs sites internet respectifs ou les suivre via leur blogzine mettant en valeurs les activités quotidiennes du collectif.
 

Films présentés par Ciné-Asie dans le cadre du Festival Fantasia 2010

A Little Pond
A Frozen Flower
Blades of Blood
Castaway on the Moon
The Executioner
Le Grand Chef 2 : Kimchi Battle
The Housemaid
The Naked Kitchen
The Neighbor Zombie
Possessed
Scandal Makers
Secret Reunion
What Is Not Romance?
Woochi
Envoyer par courriel  envoyer par courriel  imprimer cette critique  imprimer 
Article publié le 28 juillet 2010.
 

Éditoriaux


>> retour à l'index