L’équipe Infolettre   | Soutenez Panorama Cinéma sur Patreon

Carol (2015)
Todd Haynes

Gants de cuirs et vitres givrées

Par Ariel Esteban Cayer
Très tôt dans Carol, tandis que Therese Belivet (Rooney Mara) visionne Sunset Boulevard entassée dans une cabine de projection avec des amis, l’un d’entre eux mentionne au passage qu’il s’agit de son 8e visionnement du classique de Billy Wilder. Un aspirant critique, à en juger par la ferveur à laquelle il prend des notes, celui-ci précise parmi les rires moqueurs qu’il se doit d’observer la corrélation entre ce que les personnages disent et ce qu’ils ressentent réellement, pourvu qu’il existe entre les deux un profond fossé où s’engouffre nécessairement toute possibilité d’affirmer honnêtement ses passions et ses désirs face à l’être cher, et, par conséquent, le monde entier.

Avec son 6e long-métrage, Todd Haynes fait de même ; non seulement fait-il état de ce vide identitaire (comme il l’avait si bien fait dans Safe ou Far From Heaven, par exemple), mais c’est avec une maîtrise absolue qu’il s’attaque ici à la mise en image d’un désir refoulé, découlant en grande partie de l’impossibilité de réconcilier émotions et gestes face aux contraintes d’une Amérique normalisatrice (ici celle des années 50) aux mœurs patriarcales écrasantes et répressives, non seulement des « minorités », mais des femmes tout particulièrement — cette « grande institution américaine qu’on ne remercie jamais lors du Jour de l’Indépendance », tel que soulevait James M. Cain dans Mildred Pierce, adapté par Curtiz en 1945, puis par Haynes en 2011.

Par conséquent, c’est avec une précision toute nécessaire que se déploie cette adaptation de The Price of Salt (1952) de Patricia Highsmith. Romance illicite entre deux femmes, c’est dans l’interdit et donc nécessairement par le non-dit et le sous-entendu que Haynes doit naviguer la rencontre, non seulement du même sexe, mais aussi de deux générations distinctes. Le regard de Carol Aird (Cate Blanchett) croise celui de Therese sur le plancher du magasin grande surface où cette dernière travaille et d’une paire de gants oubliée sur un comptoir (volontairement, peut-être, tel qu’on enlèverait une carapace), c’est le coup foudre. Si puissant, d’ailleurs, qu’il vient briser l’enceinte de leurs prisons identitaires respectives, autant celle de Therese (son emploi, son bête cercle d’amis) que celle de Carol – plus fortunée, plus âgée et pleine d’assurance (venue, par exemple, acheter un train et non une poupée pour sa fille), mais néanmoins confinée à une double vie, une existence factice.

Plus qu’une relation lesbienne taboue campée par deux interprètes extraordinaires (Blanchett et Mara s’avèrent parfaitement magnétiques et complémentaires), c’est dans cette vaste différence d’âge, de personnalité et de position sociale qu’Haynes trouve les modulations nécessaires pour représenter la féminité comme multiple, puis pour finalement aborder le potentiel d’une liaison, d’une solidarité entre femmes marginalisées. À l’inverse de la Carol de Julianne Moore dans Safe, un personnage « vide » domestiqué par son environnement jusqu’en devenir littéralement et figurativement malade, Carol — le film comme le personnage — conçoit ici de la féminité comme d’un véritable potentiel identitaire, du désir et de l’amour entre femmes comme d’une échappatoire à l’enfermement social.

Incorporant cette attitude dans un découpage fluide et sensuel, c’est le plus beau du classicisme que Haynes récupérait auparavant chez Douglas Sirk qui se trouve ici distillé, d’une part par ce que Fassbinder a su en faire (ces personnages prisonniers de leurs cadres, soit, de leurs milieux et de toutes ces cloisons politiques, morales et physiques qui viennent structurer leur existence), mais d’une autre, par une citation experte de la photographie de l’époque. C’est en effet dans le travail d’Helen Levitt, de Ruth Orkin, de Vivian Maier et tout particulièrement de Saul Leiter, qu’Haynes et son directeur de la photographie Ed Lachman vont puiser de leur plus bel atout formel, tournant Carol en 16 mm granuleux et souple, collé aux personnages, à leurs maniérismes et leur candeur prudente. Dotant l’image d’une qualité éthérée et tactile renvoyant tout autant au vertige du désir qu’à la nature éphémère et sensuelle de cette alliance interdite, c’est par ailleurs dans le leitmotiv du cadre flou que tout le projet se cristallise.

Incessamment cadrée derrières des vitres, obscurcies ou brouillées par la neige comme par la buée, le givre ou le ruissellement de la pluie, on peine souvent à voir Therese pleinement, tout comme Therese peine à voir Carol, déterminée à la « saisir », cliché après cliché (qu’elle développe avec soin dans son appartement). Et puis bien sûr, toutes deux peinent à voir clair dans ce monde qui leur est hostile, qui leur refuse leur identité, mais où toutes deux finiront par se trouver, dans un champ-contrechamp nerveux et dévastateur, clair et final. Pour ainsi dire, dans chaque plan, chaque mouvement de caméra ciblant la part (le gant, le verre) plutôt que le tout, Haynes nous rappelle la prison dans laquelle les deux femmes évoluent de jour en jour. Le cadre devient une contrainte, au même titre que ces normes sociales par lesquelles leur différence est lissée, à défaut d’être comprise et acceptée. Et de même, c’est par le désir, la sensualité de l’image même que les parois tombent, pour devenir autre chose.

Véritable triomphe impressionniste, donc, épousant non seulement l’accumulation de détails afin d’évoquer l’enfermement, mais trouvant de pair toute une sensualité, une grammaire du désir afin d’exprimer les impasses systémiques d’une quête commune d’identité, la rigueur de la mise en scène chez Carol est néanmoins celle de l’espoir, de l’issue. Aussi acculé et contraint soit-il, l’amour y devient une fin en soi, un projet moral et esthétique, une voie par laquelle l’affirmation identitaire devient possible. Plus qu’une émotion par laquelle Haynes construit son projet formel le plus ambitieux, on trouve peut-être ici la pièce maîtresse d’une œuvre, aussi cohérente qu’habile dans l’affirmation de ce qu’on appellerait — faute de pouvoir se défaire de la dualité pour de bon — la « différence » : cette force vitale et essentielle à l’expérience humaine.
9
Envoyer par courriel  envoyer par courriel  imprimer cette critique  imprimer 
Critique publiée le 23 décembre 2015.