L’équipe Infolettre   | Soutenez Panorama Cinéma sur Patreon

Rétrospective 2018 : Les meilleurs films de l'année

Par La rédaction

Année 2018. Année du formalisme débridé, de l’engagement, des sans voix qui la (re)trouvent, du cinéma qui sait construire à même son cadrage, ses déplacements de caméra, son champ sonore, un espace qui puisse contenir à la fois ses ambitions esthétiques ainsi que celles des gens qu’il représente. La silhouette de l’année 2018 est celle d’un édifice complexe, où les films les plus marquants auront été ceux qui ont su développer, à l’intérieur des formes qu’ils instituent, une manière d’exprimer le réel dans sa densité propre. Même les grands films qui ont semblé s’inscrire dans un genre prédéterminé ont surpris en les renversant, en se jouant d’eux et de nous, livrant en somme une panoplie d’œuvres profondément dissemblables.

S’y perdre revient à explorer dans les potentialités de l’expression cinématographique le portrait d’un moment trouble de l’histoire contemporaine, moment de crise (politique, économique, écologique) qui se double d’un moment aigu de conscience collective (de l’engagement, des genres sexuels, de l’environnement), avec comme constat que le cinéma peut encore beaucoup pour ces sujets, qu’il lui suffit de projeter haut et fort ses capacités plastiques afin de parvenir à créer des espaces et des histoires qui lui sont inédits, et que cet ouvrage n’est pas une vanité esthétique : il s’agit d’un vaste chantier de rénovation, de réaffirmation identitaire pour un art qui n’aura jamais été si étiré entre son espace premier (la salle) et les nouveaux espaces qu’il doit apprivoiser (comme Netflix, seul exemple capable de tenir tête à tout un monde).

C’est probablement parce que l’espace même du cinéma n’a jamais été si fuyant que les films sur lesquels nous nous sommes entendus présentent d’aussi fortes propositions formelles, comme s’il était important pour nous de réitérer par le présent exercice que le cinéma crée, comme il l’a toujours fait, ses propres territoires esthétiques, et que ceux-ci excèdent amplement les débats culturels et industriels de la précédente année. Heureux comme Lazzaro, First Reformed, The Other Side of the Wind, Zama, Shoplifters, Madeline’s Madeline, Happy Hour, BlacKkKlansman, Isle of Dogs, One Cut of the Dead, Au poste!, Too Late to Die Young… tant de films qui se sont structurés autour de micro communautés qui avaient un travail à faire et qui y ont découvert un conflit souterrain, une tension qui remontait par les fêlures de leur quotidien bien dévoué et qui apparaissait avec limpidité à quelques clairvoyants bien intentionnés, héros qui ont su porter durant l’année les fardeaux de tous les autres ; un rappel à tous que le cinéma est un art de la normalité qui dérape et s’envole, qu’il nous aide à voir ce qui se trame à l’insu de tous, qu’il nous permet parfois même d’apprécier les choses simples qu’on ne croit jamais suffisamment compliquées. De ce jeu d’échelles discursif et formel, l’année cinématographique 2018 a tiré de notre rédaction les trente incontournables que voici.

 
Présentation  |  30-21  |  20-11  |  10-1  |  Courts métrages  |  Palmarès individuels

 

illustration : François Samson-Dunlop

Envoyer par courriel  envoyer par courriel  imprimer cette critique  imprimer 
Article publié le 15 janvier 2019.
 

Rétrospectives


>> retour à l'index